Articles métiers

Ce fil d’actualité va vous permettre de garder un œil sur les évolutions réglementaires et légales, de se tenir au courant des nouveautés techniques et technologiques, de partager les bonnes pratiques.

  • Entreprises créatrices de jeux vidéo

    Le crédit d’impôt dont vous pouvez bénéficier est devenu plus avantageux !

    Si votre société est redevable à l’impôt sur les sociétés et qu’elle créé des jeux vidéo, elle peut, sous certaines conditions, bénéficier d’un crédit d’impôt sur une partie des dépenses qu’elle engage pour la création de ses jeux. Son taux et le montant des dépenses servant à son calcul ont été relevés.


    Pour les crédits d’impôts calculés au titre des exercices ouverts à partir du 1er janvier 2017 :

    – le taux du crédit d’impôt est passé à 30 %
    du montant des dépenses, limité à 6 millions d’€
    par exercice, au lieu de 20 % des dépenses limitées à 3 millions d’€ auparavant ;

    – si vous confiez une partie de la création du jeu vidéo à une autre entreprise, les dépenses de sous-traitance sont prises en compte dans le limite de 2 million d’€ par an
    , contre 1 million d’€ auparavant.

    Important :
    pour bénéficier de ce crédit d’impôt, votre entreprise doit notamment :

    – respecter la législation sociale (être à jour de ses déclarations sociales et du paiement de ses cotisations sociales) ;

    – assurer la réalisation artistique et technique du jeu et initier et engager les dépenses nécessaires à sa création ;

    – créer un jeu commercialisé ayant un coût de développement supérieur ou égal à 100 000 €.

    Ce crédit d’impôt s’applique sur un jeu vidéo déterminé et il est calculé au titre de chaque année.

    Rappel
    : les dépenses prises en compte dans la base de calcul de votre crédit d’impôt sont les dotations aux amortissements des immobilisations créées ou acquises à l’état neuf et affectées directement à la création du jeu vidéo, les rémunérations versées aux auteurs participant à la création du jeu, les dépenses de personnel et les autres dépenses de fonctionnement (fournitures et matériels, loyers, frais de voyage et de déplacement, documentation technique et frais postaux) ainsi que les dépenses de sous-traitance.

    Sachez qu’en 2016,
    le chiffre d’affaires du marché du jeu vidéo en France s’est élevé à 3,46 milliards d’€.

    Source : Décret n° 2017-1281 du 9 août 2017 ; BOI-IS-RICI-10-50-06/09/2017 ; CGI art. 220 terdecies

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Les mesures fiscales du plan logement du Gouvernement

    Le plan du Gouvernement pour le logement présenté par le ministère de la cohésion des territoires comprend des mesures fiscales pour favoriser les cessions de terrains et l’investissement locatif. Ces dispositions devraient figurer dans le projet de loi de finances pour 2018.

    Prolongation pour 4 ans des dispositifs Pinel et PTZ, recentrés sur les zones tendues

    1.
    Les dispositions en faveur de l’investissement locatif
    qui devaient s’appliquer aux investissements réalisés jusqu’au 31 décembre 2017 seraient reconduites jusqu’au 31 décembre 2021
    . Les personnes physiques pourraient donc bénéficier de la réduction d’impôt
    visée à l’article 199 novovicies du CGI si elles acquièrent ou font construire avant cette date des logements neufs ou assimilés destinés à la location dans le secteur intermédiaire. Le dispositif serait par ailleurs recentré sur les logements situés dans les zones A, A bis et B1
    .

    A noter :
    L’ouverture sur agrément aux opérations situées dans les communes des zones B2 ou C serait donc supprimée.

    2.
    Les aides à l’accession à la propriété sous forme de prêts à taux zéro
    seraient également prorogées pour quatre ans.

    A noter :
    Bien que le dossier de presse n’en fasse pas mention, il devrait en être de même pour le crédit d’impôt
    accordé en contrepartie aux établissements financiers accordant ces prêts (CGI art. 244 quater V).

    Instauration d’un abattement exceptionnel sur les plus-values de cession de terrains

    3.
    Les plus-values réalisées par les particuliers
    lors de la cession de terrains à bâtir
    ou de terrains bâtis
    dans les zones tendues
    en vue de la construction de logements neufs bénéficieraient d’un abattement exceptionnel.

    Le taux de l’abattement
    varierait selon la nature des logements construits : 100 % pour le logement social, 85 % pour le logement intermédiaire, 70 % pour le logement libre.

    Cet abattement s’appliquerait en cas de conclusion d’une promesse de vente avant le 31 décembre 2020
    .

    Application d’un taux réduit d’IS sur certaines cessions immobilières

    4.
    Pour les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés
    , l’application du taux réduit d’imposition de 19 % aux plus-values nettes résultant de la cession de locaux professionnels en vue de leur transformation en logements
    serait prorogée. Ce régime, codifié à l’article 210 F du CGI, concerne actuellement les cessions réalisées avant le 31 décembre 2017 au profit d’un cessionnaire qui s’engage à transformer le local (à usage industriel ou commercial ou de bureau) en logement dans les quatre ans qui suivent la date de clôture de l’exercice d’acquisition.

    5.
    Le bénéfice du taux réduit de 19 % serait par ailleurs étendu aux plus-values résultant de la cession de terrains à bâtir en vue de la construction de logements
    . Il s’appliquerait en cas de conclusion d’une promesse de vente avant le 31 décembre 2020
    .

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Suite à l’annonce de sa suppression, le RSI répond aux questions des travailleurs indépendants

    Le Gouvernement a annoncé le 5 septembre 2017 la suppression du RSI et son adossement au régime général. Pour ne pas laisser ses assurés dans le flou quant aux incidences de la réforme, le RSI en fait une présentation succincte et répond aux premières questions qu’ils pourraient se poser.

    La suppression du RSI au 1er janvier 2018 devrait être inscrite dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018. Toutefois, la réforme sera mise en œuvre de façon progressive avec une période transitoire de 2 ans, l’objectif étant que l’organisation définitive de la protection sociale au sein du régime général soit effective au plus tard le 31 décembre 2019 (voir notre actualité du 08/09/2017).

    Le RSI communique sur cette réforme sur son site internet, montrant qu’il entend accompagner ses assurés dans cette phase de transition.

    A noter :
    Les professionnels sont invités à consulter régulièrement les actualités sur le site du RSI. Celui-ci les informera de l’évolution et du contenu de la réforme par ce biais.

    Qu’est-ce qui change concrètement pour les professionnels et à quel horizon ?

    Les différentes missions
    du RSI seront reprises
    progressivement par les trois branches du régime général. Les indépendants bénéficieront d’une organisation dédiée qui prendra en compte les spécificités de gestion :

    • pour l’assurance-maladie
      , par les CPAM ;
    • pour la retraite de base
      , par les Carsat ;
    • pour le recouvrement des cotisations
      par les Urssaf.

    Dans les départements d’outre-mer, ces fonctions seront assurées par les CGSS.

    Les travailleurs indépendants conserveront leurs propres règles de calcul des cotisat
    ions
    .

    Comme pour l’assurance maladie et la retraite de base, le rapprochement des droits aux prestations
    entre les indépendants et les salariés se poursuivra dans le domaine de la maternité
    .

    A compter du 1er janvier 2019, les travailleurs indépendants, nouvellement affiliés et précédemment salariés, auront la possibilité de continuer à faire servir leurs prestations maladie-maternité
    par leur CPAM. En 2020, les CPAM reprendront la gestion de l’assurance maladie pour l’ensemble des travailleurs indépendants. Jusqu’à cette date, le réseau des organismes conventionnés (OC) poursuit le versement des prestations d’assurance maladie-maternité.

    Les prestations spécifiques
    aux travailleurs indépendants seront maintenues (action sociale, prestations servies par le régime de retraite complémentaire pour les artisans, industriels et commerçants).

    Le travailleur indépendant va-t-il continuer à percevoir ses prestations maladie et sa pension de retraite ?

    Les indépendants continueront à bénéficier des prestations sociales pour lesquelles ils cotisent. Le versement des prestations se poursuivra conformément aux lois en vigueur et ne sera pas interrompu (remboursements des soins de santé, des médicaments ; prestations maternité et paternité ; pensions de retraite et d’invalidité ; capitaux décès ; etc.).

    Le RSI disparaissant, le travailleur indépendant peut-il cesser de payer ses cotisations ?

    Non, il n’y a aucun changement
    . Les indépendants bénéficient de la sécurité sociale française, à travers le paiement de cotisations qui leur donnent droit aux prestations, et ce conformément aux lois en vigueur. Après la transformation du RSI, le recouvrement sera effectué par le régime général.

    Le non-paiement des cotisations entraînerait une rupture dans la constitution de droits (retraite en particulier), préjudiciable à l’assuré, qui ferait l’objet d’une procédure de recouvrement contentieux.

    Comment gérer et payer ses cotisations en 2017 ?

    L’organisation commune Urssaf/RSI
    est toujours en charge du recouvrement des cotisations sociales. Les échéanciers de paiement restent d’actualité. Les dettes restent dues.

    Les travailleurs indépendants continuent de cotiser pour leur sécurité sociale et peuvent toujours :

    • demander un délai de paiement de leurs cotisations ;
    • demander un recalcul des cotisations sur une estimation de leur revenu de l’année en cours ;
    • gérer toutes leurs opérations courantes sur le site du RSI.

    Les cotisations vont-elles augmenter en intégrant le régime général ?

    Non, les cotisations n’augmentent pas.

    Le travailleur indépendant peut-il dès aujourd’hui contacter le régime général pour ses demandes ?

    En 2017
    , le RSI reste l’interlocuteur des travailleurs indépendants.

    A compter de 2018
    , le régime général prendra progressivement en charge la gestion de la sécurité sociale des travailleurs indépendants. Les travailleurs indépendants seront informés des changements d’interlocuteurs dès qu’ils seront effectifs.

    A noter :
    Les transformations seront mises en place au fur et à mesure, suivant un calendrier qui sera rendu officiel par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 et après la sortie de probables décrets d’application.

    Comment les dossiers des travailleurs indépendants seront-t-ils transmis au régime général ?

    Le RSI et le régime général s’organisent afin de garantir la bonne transmission des dossiers.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Le Cice serait transformé en allègement de cotisations patronales en 2019

    Le Premier ministre a annoncé la baisse du taux du crédit d’impôt pour la compétitivité et de l’emploi (Cice) de 7 % à 6 % en 2018, sa suppression et son remplacement en 2019 par un allègement de cotisations patronales.

    Edouard Philippe a présenté le 11 septembre 2017 à Niort son plan d’actions pour l’investissement et la croissance. Parmi les mesures envisagées figure la transformation du Cice en allègement de cotisations patronales à compter de 2019. Notons que cette mesure figurait dans le programme du Président de la République.

    Pour rappel, le Cice vise à financer
    l’amélioration de la compétitivité des entreprises, notamment par des efforts en matière d’investissement, de recherche, d’innovation, de formation
    et de recrutement
    . Il ne doit pas financer une hausse des bénéfices distribués ou des rémunérations des dirigeants de l’entreprise. Son montant
    est égal au produit des salaires versés par l’entreprise qui n’excèdent pas 2,5 Smic par un taux de 7 % (9 % dans les départements d’outre-mer).

    Même si le Premier ministre admet ses effets bénéfiques pour l’emploi et les marges des entreprises, le Cice présente selon lui plusieurs défauts :

    • – un décalage
      d’un an entre le versement du salaire
      et la perception du crédit d’impôt
      qui réduit l’incitation à recruter ;
    • – une pérennité
      du Cice qui est régulièrement contestée
      réduisant ainsi la confiance des entreprises dans le maintien durable du dispositif ;
    • – une gestion complexe
      pour les entreprises lesquelles doivent se soumettre à des obligations déclaratives spéciales.

    Une diminution du taux en 2018 puis une suppression du Cice en 2019

    Le taux du Cice
    baisserait de 7 % à 6 % pour les salaires versés en 2018 puis serait supprimé en 2019. Il serait alors remplacé par un allègement de cotisations patronales
    :

    • – de 6 points sur les salaires inférieurs à 2,5 Smic ;
    • – complété par un allègement de 4,1 points au niveau du Smic et dégressif jusqu’à 1,6 Smic. Pour un salarié payé au Smic, l’allègement s’élèverait donc à 10,1 points.

    En 2019, les entreprises bénéficieraient à la fois
    du Cice au titre des salaires versés en 2018 et des allègements de cotisations sociales.

    A noter :

    Concrètement, il faudra attendre de prendre connaissance des textes mettant en œuvre cette réforme pour savoir comment ce nouvel allègement peut s’articuler avec la réduction générale de cotisations patronales
    .

    Exemple d’une TPE de 3 salariés

    Le dossier de presse propose un exemple d’une entreprise de petite taille pour comparer les avantages
    du Cice et des allègements de cotisations patronales. Cette entreprise emploie 3 salariés, dont 2 sont rémunérés au Smic et un à 1,3 Smic et son bénéfice est imposé au taux réduit de l’impôt sur les sociétés (bénéfice inférieur à 38 120 €).

    Cice

    Allègement de cotisations patronales

    Elle rémunère ses salariés en année N, déclare et sollicite son Cice en mai de l’année N+1.

    Si elle n’a pas pu imputer son Cice sur le solde de son impôt sur les sociétés, elle reçoit le remboursement de l’excédent en juillet de l’année N+1.

    L’entreprise obtient un virement de 4 105 € en juillet de l’année N+1.

    Elle bénéficie d’un allègement immédiat de cotisations sociales.

    L’entreprise accumule 5 315 € de gain au cours de l’année N.

    Elle n’a aucune démarche à accomplir en année N+1.

    Elle paie un supplément d’impôt sur les sociétés de 795 € en mai de l’année N+1.

    Au total, l’entreprise gagnerait 415 € de plus
    (5 315 € – 4 105 € – 795 €) et plus rapidement avec les allègements de cotisations patronales.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Contributions chômage : rappel de tous les changements au 1-10-2017

    Augmentation générale de la cotisation patronale chômage, suppression de la surtaxation des CDD pour accroissement d’activité et de l’exonération pour embauche d’un jeune… L’Unedic fait le point sur tout ce qui change au 1-10-2017.

    Contribution chômage de droit commun

    Une contribution exceptionnelle temporaire
    est mise en place jusqu’au 30 septembre 2020 au plus tard.

    Son taux, à la charge exclusive des employeurs, est de 0,05%.

    Le taux des contributions applicable aux rémunérations versées à compter du 1er octobre 2017 est donc porté en conséquence à 6,45 % réparti comme suit :

    – 4,05 % à la charge des employeurs,

    – 2,40 % à la charge des salariés.

    A noter : La circulaire précise que la contribution exceptionnelle temporaire n’est pas distincte des contributions générales et n’a donc pas à être renseignée dans un code type de personnel
    (CTP) spécifique sur les déclarations adressées à l’Urssaf.

    Les rémunérations, dès lors qu’elles sont versées à compter du 1-10-2017
    , donnent lieu à l’application des taux ci-dessus, y compris lorsqu’elles se rapportent à une période d’emploi antérieure à cette date (sauf pour les employeurs d’au plus 9 salariés autorisés à décaler la paie en la rattachant à la période d’emploi).

    Les règles habituelles en matière de détermination des taux et plafonds restent en effet applicables jusqu’au 31-12-2017, y compris pour les employeurs qui pratiquent le décalage de paie.

    Suppression de la majoration due au titre des CDD pour surcroît d’activité

    a majoration de la part des contributions à la charge de l’employeur due au titre des CDD d’une durée inférieure ou égale à 3 mois, conclus pour accroissement temporaire d’activité, est supprimée pour les rémunérations versées à compter du
    1-10-2017.

    Exemple
    —————————————————————————————————————

    Un CDD pour accroissement temporaire d’activité, d’une durée de 2 mois, est exécuté du 1-9 au 31-10-2017, l’employeur ne pratiquant pas le décalage de paie. La majoration est due sur les rémunérations versées en septembre 2017, mais pas sur celles versées en octobre 2017.

    Le remboursement de la majoration en cas d’embauche du salarié en CDI à l’issue du CDD pour accroissement temporaire d’activité peut intervenir, même si le CDD est transformé en CDI après le 30-9-2017.

    Par exemple, avec une transformation du CDD en CDI le 1-11-2017, l’employeur est fondé à demander le remboursement de la majoration versée sur la paie de septembre 2017.

    ——————————————————————————————————————————

    Maintien de la majoration due au titre des CDD d’usage

    La majoration de 0,5 % de la part patronale des contributions dues au titre des CDD d’usage d’une durée inférieure ou égale à 3 mois, demeure applicable jusqu’au 31 mars 2019
    . Ainsi, pour lces contrats, la part de la contribution à la charge de l’employeur est fixée à 4,55 % (4,05 % + 0,50 %).

    Rémunérations versées par des organismes tiers pour le compte de l’employeur

    La majoration de la part patronale des contributions dues pour les CDD d’usage
    est adaptée pour les rémunérations versées aux salariés, en lieu et place des employeurs, par des organismes tiers payants et tiers déclarants.

    Sont notamment concernés
    :

    – les indemnités de congés payés versées par les caisses de congés payés dans les secteurs du BTP, du spectacle, du transport et de la manutention portuaire ;

    – les compléments de rémunération versés par les sociétés de perception et de répartition des droits (SPRD) aux artistes-interprètes, en vertu d’accords collectifs ou spécifiques, et calculés au prorata du cachet initial de l’artiste.

    Pour les CDD concernés par la majoration de la part patronale des contributions, l’organisme tiers calcule la majoration
    due en appliquant le taux majoré correspondant à la part de rémunération qu’il verse, pour le compte de chaque employeur, aux salariés titulaires d’un CDD dans le champ de la majoration.

    Ce principe s’applique aux rémunérations versées par l’organismes à compter du 1-10-2017. De même, les compléments de rémunération versés à compter de cette date par les sociétés de perception et de répartition des droits (SPRD) ayant la nature juridique de salaire, sont assujettis à la majoration de la part patronale des contributions sans tenir compte de dates de diffusion.

    Suppression de l’exonération pour l’embauche de salariés de moins de 26 ans

    L’exonération de la part patronale des contributions accordée à l’employeur en cas d’embauche en CDI d’un jeune de moins de 26 ans, dès lors que le contrat se poursuit au-delà de la période d’essai, est supprimée à compter du 1-10-2017
    .

    Dès lors que l’employeur en fait la demande, cette exonération continue de s’appliquer jusqu’à son terme
    lorsque toutes les conditions prévues pour en bénéficier, et notamment la confirmation de la période d’essai du salarié, sont remplies au plus tard le 30-9-2017.

    L’employeur est alors exonéré du paiement de la part de la contribution à sa charge pendant 3 mois dans les entreprises de 50 salariés et plus ou pendant 4 mois, dans les entreprises de moins de 50 salariés.

    Ndlr :
    A notre sens, le bénéfice de l’exonération au-delà du 30-9-2017 n’est donc possible que si les conditions suivantes sont remplies au plus tard à cette date :

    Ndlr :
    le salarié est âgé de moins de 26 ans à la date de prise d’effet du contrat à durée indéterminée et la période d’essai est confirmée ou le jeune a été embauché sans période d’essai.

    Exemple
    —————————————————————————————————————
    Contrat de travail ouvrant droit à l’exonération de la part patronale des contributions.

    Une entreprise de moins de 50 salariés embauche un salarié âgé de moins de 26 ans à la date de prise d’effet de son contrat de travail. Sa période d’essai est confirmée au cours du mois de septembre 2017 : les rémunérations versées au titre des mois d’octobre 2017 à janvier 2018 seront exonérées de la part patronale des contributions.

    ——————————————————————————————————————————

    Exemple
    —————————————————————————————————————
    Contrat de travail n’ouvrant pas droit à l’exonération de la part patronale des contributions

    Une entreprise de moins de 50 salariés embauche un salarié âgé de moins de 26 ans à la date de prise d’effet de son contrat de travail. Sa période d’essai est confirmée au cours du mois d’octobre 2017 : les rémunérations versées au titre des mois de novembre 2017 à février 2018 ne seront pas exonérées de la part patronale des contributions.

    ——————————————————————————————————————————

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • La fraction insaisissable du salaire est portée à 545,48 €

    Le revenu de solidarité active étant revalorisé au 1er septembre, la fraction absolument insaisissable du salaire l’est en conséquence également.

    Le revenu de solidarité active (RSA
    ) est revalorisé de 1,62 % au 1er septembre 2017.

    Ainsi, le montant du RSA est porté à :

    – 545,48 € par mois pour une personne seule sans ressources ;

    – 933,95 € par mois pour une personne seule avec un enfant ;

    – 1 145,51 € par mois pour un couple avec deux enfants.

    En conséquence, à partir de cette date, la fraction de salaire absolument insaisissable
    , que le salarié doit conserver en toute circonstance, chaque mois, est portée à 545,48 €.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Une convention de garantie de passif interprétée en faveur du cédant des parts sociales

    Une clause de garantie de passif impose à l’acquéreur des parts sociales d’informer le cédant de tout passif nouveau ; une autre impose cette information en l’assortissant d’un délai et d’une sanction. Cette dernière, spéciale par rapport à la première, doit s’appliquer.

    L’article 3 d’une convention de garantie de passif conclue à l’occasion d’une cession de parts sociales est intitulé « conditions de mise en œuvre » et prévoit que l’acquéreur s’engage à informer « sans délai » les cédants par lettre recommandée AR de tout événement susceptible d’entraîner l’application de la garantie, de sorte que ceux-ci puissent faire valoir leur opinion. L’article 5, intitulé « information des cédants
    », précise que l’acquéreur s’engage à informer les cédants « dans un délai
    de 15 jours » par lettre recommandée AR de tout événement susceptible de révéler un passif « à peine de déchéance » de la garantie.

    L’acquéreur informe les cédants de l’apparition d’un passif sans respecter le délai de 15 jours mais il demande l’application de la garantie en faisant valoir que les deux clauses
    sont contradictoires
    et que, dans le doute, la convention doit s’interpréter en faveur de celui qui a contracté l’obligation d’information, si bien que le non-respect du délai
    ne doit pas entraîner la déchéance de la garantie.

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence écarte cette argumentation. Les deux clauses se contredisent (la première ne stipulant ni délai ni sanction, tandis que la seconde prévoit un délai de 15 jours et la sanction de son non-respect), ce qui rend nécessaire leur interprétation :

    – l’article 3 constitue un énoncé général dont l’article 5 précise les modalités, ce qui, en application de l’adage « speciala generalibus derogant » (la règle spéciale déroge aux règles générales), conduit à faire primer les dispositions particulières
    de l’article 5 sur celles, plus générales, de l’article 3 ; en outre, cette interprétation apparaît conforme à l’économie d’une garantie de passif, qui est de permettre le règlement des difficultés au fur et à mesure de leur révélation, la garantie n’ayant pas vocation à perdurer selon le bon vouloir de l’acquéreur ;
    – il convient bien d’appliquer la méthode d’interprétation du Code civil selon laquelle, dans le doute, le contrat s’interprète contre le créancier et en faveur du débiteur (art. 1190 issu de ord. 10-2-2016, ex-art. 1162) mais, au cas particulier, cela conduit à interpréter la convention en faveur du débiteur
    de la garantie de passif (et non de l’obligation d’information), à savoir les cédants.

    à noter :
    La primauté de la règle spéciale sur les règles générales
    est un principe d’application constante. Par exemple, dans un cas où une clause statutaire prévoyait dans un premier paragraphe que, « en cas de pluralité des associés, toutes les contestations qui pourraient surgir entre associés (…) relativement aux affaires sociales ou à l’exécution des présents statuts seront soumises aux tribunaux compétents » et, dans un second paragraphe, que les mêmes contestations étaient soumises à une procédure d’arbitrage sans que soit visé le cas d’une pluralité d’associés, ce second paragraphe a été jugé applicable à un litige entre associés, le premier ne faisant que rappeler le droit commun en matière de compétence judiciaire (CA Paris 25-2-2016 n° 15/17043 : RJDA 6/16 n° 494).
    Dans l’affaire ci-dessus, l’application de l’article 5 était favorable aux cédants puisqu’il précisait la sanction du non-respect du délai
    d’information. Si l’article 3 avait été reconnu applicable, la déchéance n’aurait pas joué de plein droit. En effet, à défaut de précision sur la sanction de l’obligation d’information dans la clause, les juges apprécient souverainement si l’inexécution de cette obligation entraîne la déchéance de la garantie (pour un exemple, Cass. com. 25-1-2017 n° 15-17.137 F-D : BRDA 5/17 inf. 4).
    Cette affaire souligne l’intérêt pour les parties de rédiger avec soin la convention
    de garantie pour éviter les clauses contradictoires et les incertitudes liées à leur interprétation.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • La croissance externe d’une jeune PME ne prive pas de l’abattement renforcé

    Le contribuable cédant des titres d’une PME peut bénéficier de l’abattement renforcé sur la plus-value de cession même si l’entreprise concernée a acquis un fonds de commerce plusieurs années après sa création ou son acquisition.

    La cession de titres d’une PME de moins de dix ans
    à la date de leur souscription ou de leur acquisition peut ouvrir droit, sous certaines conditions
    , à un abattement renforcé
    qui vient réduire la plus-value imposable (CGI art. 150-0 D, 1 quater-B). Ce dispositif, mis en place par la loi de finances pour 2014 afin de favoriser notamment l’investissement au capital des petites et moyennes entreprises, s’applique, entre autres conditions, si la société dont les titres sont cédés n’est pas issue d’une concentration
    , d’une restructuration
    , d’une extension
    ou d’une reprise
    d’activités préexistantes.

    Dans une réponse ministérielle du 7 septembre 2017, l’administration rappelle que cette condition doit être appréciée à la date de la constitution de la société concernée. Ainsi, le fait qu’une PME acquiert un fonds de commerce plusieurs années après
    sa constitution
    , dans le cadre d’une opération de croissance externe
    , ne remet pas en cause le bénéfice de l’abattement pour durée de détention renforcé, toutes autres conditions étant par ailleurs remplies.

    A noter :
    Cette réponse apportée par l’administration ne constitue pas en soi une nouveauté puisqu’elle ne fait que préciser la doctrine existante résultant directement des termes de la loi et figurant au BOI-RPPM-PVBMI-20-30-10 n° 60 (RM-VI-11060). Il y est stipulé que la société émettrice des titres ou droits cédés ne doit pas avoir été créée
    dans le cadre d’une concentration, restructuration ou extension ce qui, de facto, n’exclut pas d’éventuelles restructurations ultérieures.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Le ministre des comptes publics précise les seuils d’exonération de la taxe d’habitation

    Le plafond d’exonération de taxe d’habitation s’établirait à 27 000 € de revenu fiscal de référence pour une personne seule et 43 000 € pour un couple sans enfant. Pour les ménages concernés, l’exonération serait totale à partir de 2020.

    D’ici trois ans, 80 % des foyers ne devraient plus payer de taxe d’habitation. C’est l’une des promesses d’Emmanuel Macron lors de la campagne pour la présidentielle, confirmée depuis à plusieurs reprises. Gérald Darmanin, le ministre des comptes publics, a indiqué mercredi au « Club de l’économie – Le Monde – LCI » que le plafond de revenu pour être exonéré serait fixé à 27 000 € pour une personne seule, 43 000 € pour un couple sans enfant, 49 000 € pour un couple avec un enfant. Ces montants correspondent au revenu fiscal de référence. Le plan du gouvernement prévoit que l’exonération de taxe d’habitation se ferait en trois temps, avec une première diminution d’un tiers du montant de la taxe due en 2018 pour tous les ménages concernés, puis un deuxième tiers en 2019 et une exonération totale en 2020.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Barème des indemnités pour licenciement abusif : ce que prévoient les ordonnances

    Le barème des indemnités accordées par le juge prud’homal en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse est l’une des mesures phares que le Gouvernement projette d’instaurer par ordonnance. Retour sur le dispositif envisagé.

    La réforme du Code du travail que le Gouvernement veut mettre en œuvre par ordonnances n’en est encore qu’au stade du projet – de nombreuses instances doivent encore être consultées, et la version définitive des ordonnances ne sera connue qu’après leur adoption en Conseil des ministres, en principe le 20 septembre 2017.

    Mais les projets d’ordonnances ayant été mis en ligne sur le site du Ministère du travail le 31 août 2017, le décorticage des mesures envisagées a commencé. En lumière : le projet de barème des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Quel montant ? Quand et comment sera-t-il appliqué ?

    Un barème qui s’imposerait au juge en cas de licenciement abusif

    Le pouvoir d’appréciation du juge prud’homal serait restreint

    Actuellement, lorsqu’un licenciement est jugé dépourvu de cause réelle et sérieuse, le juge prud’homal applique une sanction qui diffère selon l’ancienneté du salarié et la taille de l’entreprise :

    • – si le salarié a au moins 2 ans d’ancienneté et travaille pour une entreprise d’au moins 11 salariés, le juge peut proposer sa réintégration dans l’entreprise ou, à défaut, lui accorder d’au moins 6 mois de salaire brut : au-delà de ce minimum légal, le juge apprécie souverainement le montant des dommages et intérêts, qu’il fixe en fonction du préjudice subi par le salarié ;
    • – si le salarié a moins de 2 ans d’ancienneté ou qu’il travaille dans une entreprise de moins de 11 salariés, il a droit à des dommages et intérêts dont le juge apprécie souverainement le montant en fonction du préjudice subi.

    Ces indemnités se cumulent avec les indemnités de rupture (indemnité de licenciement, de préavis, de congés payés et de non-concurrence) et, le cas échéant, avec la réparation d’autres préjudices (par exemple, en cas de licenciement dans des conditions vexatoires).

    A noter :
    Le juge peut notamment tenir compte, pour apprécier le préjudice subi par le salarié et fixer le montant de l’indemnité, de l’âge de l’intéressé au moment de la rupture, de son ancienneté, de sa difficulté à retrouver un emploi, de la perte d’avantages financiers, etc.).

    Pour fixer le montant des dommages et intérêts, le juge peut, depuis 2015, tenir compte d’un barème indicatif de dommages et intérêts.

    Le barème tel qu’envisagé par les ordonnances réduirait considérablement la marge de manœuvre laissée au juge prud’homal pour apprécier le préjudice subi par le salarié. En effet :

    • – son application serait obligatoire ;
    • – le barème fixerait non seulement une indemnité minimale, d’un montant inférieur à celui actuellement prévu par le Code du travail, mais également une indemnité maximale au-delà de laquelle le juge ne pourrait pas aller.

    En outre – mais ce n’est qu’une possibilité, laissée à l’appréciation du juge – le montant de l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement versée au salarié au moment de la rupture pourrait être déduit des dommages et intérêts accordés.

    A noter :
    Le barème s’appliquerait également en cas de prise d’acte de la rupture du contrat de travail ou de résiliation judiciaire du contrat prononcées aux torts de l’employeur.

    Des maxima identiques pour tous les salariés

    Les montants minima et maxima de l’indemnité pour licenciement abusif seraient progressifs en fonction de l’ancienneté
    du salarié. Le juge pourrait accorder une indemnité dont le montant serait compris dans les fourchettes suivantes :

    Ancienneté du salarié dans l’entreprise (en années complètes)

    Indemnité minimale (en mois de salaire brut)

    Indemnité maximale (en mois de salaire brut)

    0

    sans objet

    1

    1

    1

    2

    2

    3

    3

    3

    3

    4

    4

    3

    5

    5

    3

    6

    6

    3

    7

    7

    3

    8

    8

    3

    8

    9

    3

    9

    10

    3

    10

    11

    3

    10.5

    12

    3

    11

    13

    3

    11.5

    14

    3

    12

    15

    3

    13

    16

    3

    13.5

    17

    3

    14

    18

    3

    14.5

    19

    3

    15

    20

    3

    15.5

    21

    3

    16

    22

    3

    16.5

    23

    3

    17

    24

    3

    17.5

    25

    3

    18

    26

    3

    18.5

    27

    3

    19

    28

    3

    19.5

    29

    3

    20

    30 et au-delà

    3

    20

    Des minima inférieurs dans les entreprises de moins de 11 salariés

    Par dérogation, le montant de l’indemnité minimale accordée aux salariés travaillant pour une entreprise de moins de 11 salariés serait le suivant :

    Ancienneté du salarié dans l’entreprise (en années complètes)

    Indemnité minimale (en mois de salaire brut)

    0

    sans objet

    1

    0.5

    2

    0.5

    3

    1

    4

    1

    5

    1.5

    6

    1.5

    7

    2

    8

    2

    9

    2.5

    10

    2.5

    Après 10 ans d’ancienneté, le minima serait de 3 mois, comme pour les salariés d’entreprises employant au moins 11 personnes.

    6 mois de salaire minimum en cas de nullité du licenciement

    Lorsque le licenciement est jugé nul, le salarié pourrait prétendre, comme actuellement, à une indemnité d’au moins 6 mois de salaire brut. S’y ajouteraient le salaire – lorsqu’il est dû – qui aurait été perçu pendant la période couverte par la nullité ainsi que, le cas échéant, les indemnités de rupture. Le juge retrouverait donc son pouvoir d’appréciation du préjudice subi dans cette situation.

    Les cas de nullité de la rupture concernés seraient les suivants :

    • – violation d’une liberté fondamentale du salarié ;
    • – licenciement d’une victime ou d’un témoin de faits de harcèlement moral ou sexuel ;
    • – licenciement consécutif à une action en justice en matière de discrimination, d’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes ;
    • – violation de la protection accordée aux lanceurs d’alerte ;
    • – violation de la protection accordée aux représentants du personnel ;
    • – violation de la protection liée à la maternité ;
    • – violation de la protection accordée aux victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles.

    A noter :
    La sanction de 6 mois de salaire minimum s’appliquerait également dans des situations qui, actuellement, donnent lieu au versement d’une indemnité d’au moins 12 mois de salaire
    . Seraient concernés les licenciements économiques nuls en raison d’une absence ou d’une insuffisance du plan de sauvegarde de l’emploi, ou d’un défaut de validation ou d’homologation de ce plan, ainsi que certains licenciements d’un salarié victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle (non réintégration après un arrêt de travail ou manquement à l’obligation de reclassement en cas d’inaptitude physique).

    © Copyright Editions Francis Lefebvre