Articles métiers

Ce fil d’actualité va vous permettre de garder un œil sur les évolutions réglementaires et légales, de se tenir au courant des nouveautés techniques et technologiques, de partager les bonnes pratiques.

  • Les agents de l’inspection du travail sont soumis à un code de déontologie

    Est institué un code de déontologie du service public de l’inspection du travail déterminant notamment les règles à respecter par ses agents ainsi que leurs droits et obligations dans l’exercice de leurs missions.

    Pris pour l’application de l’article L 8124-1 du Code du travail, issu de la loi Travail du 8 août 2016, le décret du 12 avril 2017 institue un code de déontologie du service public de l’inspection du travail. Celui-ci détermine ou rappelle les règles à respecter
    par ses agents dans l’exercice de leurs missions. Les nouvelles dispositions, qui s’appliquent à tous les agents du service public d’inspection du travail (C. trav. art. R 8124-4), sont entrées en vigueur le 13 avril 2017. Ces agents doivent prêter serment
    de remplir leurs missions conformément à ce Code de déontologie (C. trav. art. R 8124-31).

    Les agents de l’inspection du travail bénéficient de certaines garanties …

    Les agents de l’inspection du travail bénéficient pour l’exercice de leurs missions d’une garantie d’indépendance
    les préservant des influences extérieures indues (C. trav. art. R 8124-2).

    …et sont tenus à de nombreuses obligations

    Les agents de l’inspection du travail ne peuvent avoir un intérêt
    quelconque direct ou indirect dans les entreprises
    qu’ils contrôlent ou entrant dans leur champ de compétence (C. trav. art. R 8124-14).

    Chaque agent veille à prévenir ou à faire cesser immédiatement toute situation d’interférence
    entre l’exercice de son activité professionnelle et des intérêts publics ou privés, y compris l’exercice d’un mandat politique, de nature à influencer ou paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif de ses fonctions (C. trav. art. R 8124-15 et R 8124-16).

    Les agents doivent, en effet, exercer leurs fonctions de manière impartiale
    sans manifester d’a priori et s’abstenir de toute expression ou manifestation de convictions personnelles
    . En dehors du service, ils s’expriment librement dans les limites posées par le devoir de réserve.

    Ils doivent faire bénéficier les usagers placés dans des situations identiques d’une égalité de traitement
    (C. trav. art. R 8124-18 et R 8124-19).

    Soumis au devoir de discrétion
    professionnelle, les agents de l’inspection du travail s’abstiennent de divulguer à quiconque n’a le droit d’en connaître les informations dont ils ont connaissance dans l’exercice de leurs fonctions, sous réserve de la possibilité de divulguer des faits illicites ou dangereux conformément à l’article 8 de la loi 2016-1691 du 9 décembre 2016 sur les lanceurs d’alerte (C. trav. art. R 8124-22).

    Ils sont soumis au secret
    professionnel. Les agents de contrôle ainsi que les ingénieurs de prévention ont interdiction de révéler les secrets de fabrication et procédés d’exploitation dont ils pourraient prendre connaissance dans l’exercice de leurs fonctions (C. trav. art. R 8124-23).

    Les agents respectent l’obligation de confidentialité des plaintes
    dont ils sont saisis et s’abstiennent de révéler à toute personne l’identité d’un plaignant et de faire état de l’existence de plaintes, sauf lorsque le plaignant a informé par écrit son employeur qu’il sollicitait l’intervention des agents de contrôle pour faire cesser l’infraction signalée par sa plainte (C. trav. art. R 8124-24).

    Les agents ont un rôle de conseil

    Les agents de l’inspection du travail fournissent des informations et des conseils aux usagers sur le droit applicable
    , sur sa portée et sur les moyens d’assurer son respect. Ils répondent aux demandes d’information selon les formes et les moyens les plus adaptés à leur interlocuteur, dans un délai raisonnable compte tenu de la complexité de la question (C. trav. art. R 8124-20).

    Les règles à respecter en cas de contrôle

    Chaque agent peut pénétrer
    librement, sans avertissement préalable, à toute heure du jour et de la nuit dans tout établissement
    assujetti à son contrôle. Que sa visite soit ou non inopinée, il doit informer de sa présence
    l’employeur ou son représentant, à moins qu’il n’estime qu’un tel avis risque de porter préjudice à l’efficacité du contrôle. L’agent doit être muni de sa carte professionnelle afin de justifier de sa qualité (C. trav. art. R 8124-25).
    L’agent doit, en toute circonstance, rester courtois
    (C. trav. art. R 8124-26).
    Lorsqu’il constate des infractions ou des manquements à la réglementation, l’agent doit agir en faisant preuve de discernement
    et de diligence dans le choix de ses modalités d’action
    . Il décide librement des suites à donner à ses interventions et aux constats qu’il a réalisés. Il peut ainsi formuler des conseils ou des observations, saisir l’autorité judiciaire ou engager des suites administratives (C. trav. art. R 8124-27).

    Lorsqu’il constate ou est informé d’un accident du travail
    grave ou mortel, ainsi que de tout incident qui aurait pu avoir des conséquences graves, l’agent de contrôle effectue une enquête et informe son service qui à son tour informe l’autorité centrale. En tant que de besoin, il saisit les autorités compétentes (C. trav. art. R 8124-28).

    Les personnes concernées doivent être informées des suites données au contrôle (C. trav. art. R 8124-29).

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Vers un report du prélèvement à la source ?

    Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a précisé que le prélèvement à la source “ne se fera pas” s’il se révèle être une “source de complexité pour les entreprises”. Un audit sera réalisé courant juin.

    Le prélèvement à la source, décidé par le précédent gouvernement, qui doit en principe s’appliquer dès 2018 pourrait être reporté. Le nouveau ministre des Comptes publics a ainsi rappelé que le président Emmanuel Macron souhaitait « une pause » pour que puisse être étudié « 
    le process » et « écouter les organisations syndicales, le patronat, les entreprises, les particuliers, pour ne pas alourdir » les procédures. Selon Emmanuel Macron, l’impact psychologique de la mesure est également à prendre en compte : « Il faut aussi comprendre l’impact que ça aura pour nos concitoyens psychologiquement. Vous allez recevoir une feuille de paye où, optiquement, votre salaire aura baissé. (…) Ce sont des choses qui s’expliquent ».

    La mesure, critiquées par les organisations professionnelles, notamment pour la charge qu’elle représente pour les entreprises, pourrait donc bien être repoussée, malgré le nouveau décret et l’arrêté publiés le 10 mai dernier, juste avant la prise de fonction du nouveau Président. Ce décret précisait les informations déclarées et réceptionnées tous les mois par les collecteurs ainsi que le calendrier de transmission de ces données.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • La CJUE se prononce sur la contribution de 3 % sur les revenus distribués

    En tant qu’elle s’applique aux montants distribués provenant de filiales établies dans un Etat de l’Union européenne, la contribution de 3% est déclarée contraire au droit de l’UE.

    En s’appliquant à l’ensemble des revenus distribués par une société mère française, y compris aux redistributions de bénéfices provenant de filiales établies dans d’autres Etats membres
    de l’Union européenne, la contribution de 3 % sur les montants distribués est contraire à l’article 4, 1-a) de la directive mère-fille. Telle est la réponse que vient d’apporter la CJUE à la question préjudicielle qui lui avait été transmise par le Conseil d’Etat (CE QPC 27-6-2016 n° 399024).

    On rappelle que la Haute Assemblée s’était refusée à se prononcer sur l’existence d’une atteinte au principe d’égalité
    qui résulterait de l’application de la contribution aux redistributions par une société mère française des seuls dividendes provenant de sociétés établies en France ou dans un Etat tiers à l’Union européenne (discrimination à rebours
    ). Elle avait en effet estimé qu’aucune différence de traitement ne pouvait être constatée tant que l’application de la contribution aux redistributions de dividendes provenant d’une société établie dans un Etat de l’UE n’avait pas été jugée incompatible avec la directive mère-fille.

    Cette incompatibilité étant désormais établie, le Conseil d’Etat devra réexaminer les dispositions concernées au regard de la Constitution
    et décider ou non de la transmission d’une question prioritaire de constitutionnalité.

    En attendant cette prochaine étape, les sociétés qui ont distribué des dividendes provenant d’une filiale établie en France ou dans un Etat tiers à l’Union européenne auront intérêt à déposer une réclamation
    contentieuse si elles ne l’ont pas déjà fait.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Le CDD d’usage doit comporter la définition précise de son motif

    Comme tout autre contrat à durée déterminée (CDD), le CDD d’usage doit faire l’objet d’un écrit comportant la définition précise de son motif.

    La chambre sociale de la Cour de cassation réaffirme dans deux arrêts des 2 et 15 mars 2017 une jurisprudence constante et pourtant une nouvelle fois ignorée. Le contrat à durée déterminée (CDD) d’usage doit répondre aux règles de forme de droit commun prévues à l’article L 1242-12 du Code du travail, de sorte qu’il doit être établi par écrit et contenir la mention du motif légal précis de recours au CDD (Cass. soc. 27-6-2007 n° 05-45.038 FS-PB).

    L’arrêt du 2 mars concernait un CDD conclu en matière sportive pour la durée d’une saison. Ce type de contrats devait mentionner le motif de recours, à savoir l’usage prévu par l’article D 1242-1, 5° du Code du travail (Cass. soc. 7-3-2012 n° 10-19.073). Depuis la loi 2015-1541 du 27 novembre 2015, le CDD des sportifs professionnels est régi par des dispositions spécifiques, figurant aux articles L 222-2-1 et suivants du Code du sport.

    Malgré tout, la règle appliquée dans cet arrêt par la Cour de cassation reste valable pour tous les autres CDD d’usage, comme en atteste l’arrêt du 15 mars 2017, relatif à un contrat conclu par une entreprise relevant du secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

    Rappelons que faute de respect de ces règles de forme, le contrat est réputé conclu pour une durée indéterminée (C. trav. art. L 1242-12).

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Le locataire de locaux commerciaux ne peut pas renoncer à l’avance à la révision du loyer indexé

    Le locataire ne peut renoncer à son droit de demander la révision du loyer commercial indexé qu’une fois ce droit acquis, soit après le constat d’une augmentation du loyer de plus du quart par le jeu de la clause d’échelle mobile.

    Lorsqu’un bail
    commercial est assorti d’une clause d’échelle mobile
    , la révision du loyer peut être demandée en justice chaque fois que le loyer se trouve augmenté ou diminué, par le jeu de cette clause, de plus d’un quart par rapport au prix précédemment fixé contractuellement ou par décision judiciaire (C. com. art. L 145-39).

    Un contrat de bail prévoyant une indexation annuelle comporte une clause selon laquelle le locataire « renonce pendant toute la durée du présent bail à faire fixer judiciairement le loyer à une somme inférieure au loyer contractuellement défini, même dans le cas où la valeur locative se révélerait inférieure au loyer contractuel ». Le locataire demande la révision du loyer
    à la baisse sur le fondement de l’article L 145-39 et sa fixation à la valeur locative.

    Une cour d’appel applique cette clause et fait droit à la demande du locataire dans la limite du montant plancher
    du loyer contractuel initial.

    La Cour de cassation censure cette décision : la clause
    litigieuse a pour effet de faire échec au réajustement du loyer en vigueur à la valeur locative ; or le locataire ne peut valablement renoncer
    à son droit d’obtenir la révision du loyer
    qu’une fois ce droit acquis, c’est-à-dire après le constat d’une augmentation du loyer de plus du quart par le jeu de la clause d’échelle mobile.

    à noter :
    1° Les règles de révision du loyer, et notamment celles prévues par l’article L 145-39 du Code de commerce pour les baux assortis d’une clause d’échelle mobile, sont d’ordre public
    : le prix du loyer révisé
    devant être fixé judiciairement à la valeur locative (art. R 145-22), la clause qui a pour effet de faire échec au réajustement du loyer à cette valeur locative n’est pas valable, précise ici la Cour de cassation. Il en est de même de la clause d’indexation qui exclut la réciprocité
    et stipule que le loyer ne peut être révisé qu’à la hausse (Cass. 3e civ. 14-1-2016 n° 14-24.681 : RJDA 4/16 n° 261).
    Néanmoins, les parties peuvent, après la conclusion du bail, et une fois que le droit à révision est né et acquis, se mettre d’accord pour décider que la révision du loyer se fera sans tenir compte des dispositions légales. C’est ce qu’a déjà jugé la Cour de cassation pour l’application de l’article L 145-38 définissant les modalités de la révision triennale du loyer en l’absence de clause d’échelle mobile (Cass. 3e civ. 7-3-2001 n° 99-18.368 : RJDA 7/01 n° 758 ; Cass. 3e civ. 26-5-2016 n° 14-18.293 : RJDA 8-9/16 n° 598).
    Dans l’affaire commentée, le locataire ne pouvait renoncer à demander la révision que si les conditions de cette révision étaient réunies, autrement dit si la clause d’indexation avaient déjà entraîné une augmentation du loyer de plus d’un quart.
    2° L’irrégularité des clauses de révision
    était, sous l’empire du droit antérieur à la loi Pinel du 18 juin 2014 applicable en l’espèce, sanctionnée
    par la nullité. Désormais elles sont réputées non écrites (C. com. art. L 145-15). A notre avis, la solution aurait été la même sous l’empire de ces nouvelles dispositions.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Un transfert d’entreprise peut faire perdre le statut de cadre

    Nul ne peut bénéficier du maintien de son statut de cadre postérieurement au délai de survie de la convention collective applicable avant la cession de l’entreprise, dès lors que ce statut ne résulte pas du contrat de travail mais de ladite convention.

    En vertu de l’article L 2261-14 du Code du travail, les dispositions d’une convention collective mise en cause
    en raison notamment d’une fusion, d’une cession, d’une scission ou d’un changement d’activité ne peuvent pas bénéficier aux salariés postérieurement au délai légal de survie ou, le cas échéant, à l’entrée en vigueur d’un accord de substitution conclu dans ce délai. Le délai de survie est d’une durée d’un an à compter de l’expiration du délai de préavis.

    Dans un arrêt du 20 avril 2017, la Cour de cassation se prononce sur le maintien après la fin du délai de survie d’un statut catégoriel
    issu de la classification de la convention collective applicable avant la cession de l’entreprise.

    En l’espèce, un salarié bénéficiait, avant la cession de son entreprise,
    du statut de cadre
    en application de la convention collective alors applicable. Il a continué à en bénéficier normalement pendant la période de survie de 15 mois (3 mois de préavis + 12 mois de survie provisoire) suivant le transfert de son contrat de travail, aucun accord de substitution n’ayant été conclu.

    En revanche, à l’issue de ce délai,
    il a été rattaché à la catégorie des agents de maîtrise
    conformément à la nouvelle classification conventionnelle et a par conséquent perdu son statut de cadre. Il a alors saisi le juge prud’homal en vue de se voir réattribuer son ancien statut et d’obtenir le rappel de salaires afférent.

    La cour d’appel de Poitiers a accédé à sa demande. En effet, elle a estimé que, par l’effet du transfert du contrat de travail, la société repreneuse était tenue de le poursuivre dans les conditions mêmes
    où il était exécuté lors de la cession. Ainsi, l’intéressé devait conserver sa qualification, y compris son statut de cadre,
    et pouvait donc prétendre au moins au coefficient minimal applicable aux cadres prévu par la nouvelle convention collective.

    La Cour de cassation n’est pas de cet avis et casse l’arrêt des juges du fond. Si elle confirme que le salarié devait bien continuer à bénéficier de son statut de cadre pendant le délai de survie faute d’accord de substitution, elle décide qu’il ne pouvait pas
    en revanche prétendre à son maintien pour l’avenir
    . La raison en est simple : ce statut ne résultait pas de son contrat de travail mais de la convention collective applicable avant la cession de l’entreprise et dont les dispositions avaient cessé de s’appliquer à l’issue du délai
    de survie de 15 mois.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Obligation de loyauté du franchiseur à l’égard du franchisé : illustration

    Manque à son obligation de loyauté le franchiseur qui résilie avant terme le contrat prévoyant un plan d’ouverture de magasins par le franchisé alors qu’il aurait dû proposer une renégociation des conditions du plan dès lors qu’elles devenaient difficilement réalisables.

    Un franchiseur à la tête d’un réseau de boulangeries-pâtisseries conclut en 2004 avec un franchisé un protocole d’accord
    aux termes duquel il lui consent l’exclusivité des ouvertures de franchises dans trois départements du sud de la France en contrepartie d’un engagement de développement
    prévoyant l’ouverture de dix-huit points de vente en cinq ans. Le franchisé ouvre cinq premiers points de vente mais à la suite des difficultés rencontrées par deux d’entre eux, le franchiseur résilie le protocole d’accord au bout de deux ans et ne reconduit pas les contrats de franchise. Il demande ensuite la réparation du préjudice résultant de l’inexécution du plan de développement, tandis que le franchisé invoque la résiliation abusive
    du protocole d’accord par le franchiseur.

    La résiliation du protocole d’accord est jugée fautive : le plan de développement convenu ne pouvait être réalisé qu’avec la collaboration étroite et loyale des parties
    et l’ouverture de nouveaux magasins sous franchise restait nécessairement associée à la réussite des exploitations ; le contrat prévoyait que le franchiseur avait le pouvoir de vérifier les conditions d’implantation à cette fin et de refuser un projet, s’il ne répondait pas à cet objectif. En conséquence, la loyauté imposait de négocier
    , si le protocole d’accord se révélait difficilement réalisable, et de proposer des conditions acceptables
    .

    Par suite, le franchiseur est condamné à payer 150 000 € au franchisé.

    à noter :
    Les contrats doivent être négociés, formés et exécutés de bonne foi
    (C. civ. art. 1104, al. 1 issu de l’ord. du 10-2-2016 ; art. 1134, al. 3 ancien).
    La faculté de renégocier le contrat
    est entrée dans le Code civil depuis sa réforme par l’ordonnance du 10 février 2016 : si un changement de circonstances imprévisible lors de la conclusion du contrat rend l’exécution excessivement onéreuse pour une partie qui n’avait pas accepté d’en assumer le risque, celle-ci peut demander une renégociation du contrat à son cocontractant (C. civ 1195, al 1).

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Les modalités de détermination et d’utilisation du crédit d’impôt de taxe sur les salaires sont fixées

    L’administration précise en particulier que le crédit d’impôt de taxe sur les salaires créé au profit des organismes sans but lucratif et assimilés est déclaré et imputé sur le montant de la taxe due lors de la souscription de la déclaration annuelle modèle 2502-SD.

    1.
    L’article 88 de la loi 2016-1917 du 29 décembre 2016 a instauré, pour les rémunérations versées à compter du 1er janvier 2017, un crédit d’impôt de taxe sur les salaires (ou Cits) au profit des organismes
    sans but lucratif et assimilés visés à l’article 1679 A du CGI, redevables de la taxe sur les salaires
    (les organismes exonérés de taxe sur les salaires ne sont pas éligibles au Cits). Le Cits est assis sur les rémunérations que ces employeurs versent à leurs salariés au cours de l’année civile et qui n’excèdent pas deux fois et demie le salaire minimum de croissance (Smic) calculé pour un an sur la base de la durée légale du travail augmentée, le cas échéant, du nombre d’heures complémentaires ou supplémentaires, sans prise en compte des majorations auxquelles elles donnent lieu. Il est égal au produit de son assiette et d’un taux de 4 %, diminué du montant de l’abattement prévu à l’article 1679 A du CGI (FR 57/16 inf. 49 p. 93).

    Les organismes visés à l’article 1679 A du CGI sont, on le rappelle, les associations de la loi de 1901, les fondations reconnues d’utilité publique, les centres de lutte contre le cancer mentionnés à l’article L 6162-1 du Code de la santé publique, les syndicats professionnels et leurs unions ainsi que les mutuelles régies par le Code de la mutualité qui emploient moins de trente salariés ou, lorsqu’elles relèvent du livre III du même Code, quel que soit le nombre de salariés.

    2.
    L’administration commente, dans une mise à jour de sa base Bofip du 4 mai 2017, ce dispositif, codifié à l’article 231 A du CGI, qui a pour objet d’encourager le développement des activités non lucratives de ces organismes et de favoriser l’emploi dans ces structures grâce à l’allégement de charges induit.

    Nous reprenons ci-après les précisions qui nous paraissent les plus intéressantes.

    Détermination du plafond d’éligibilité au Cits

    3.
    Pour être prises en compte dans l’assiette du crédit d’impôt, les rémunérations annuelles doivent être comprises dans l’assiette de la taxe sur les salaires et ne doivent pas excéder 2,5 Smic
    calculés pour un an sur la base de la durée légale du travail. Le nombre d’heures complémentaires ou supplémentaires éventuellement réalisées, sans prise en compte des majorations auxquelles elles donnent lieu, est rajouté à cette durée légale. Ainsi, pour un salarié employé à temps plein
    , présent toute l’année au sein de l’organisme, qui effectue 35 heures par semaine (soit 151,67 heures pour un mois), le plafond est déterminé de la manière suivante : 2,5 x Smic horaire x [1 820 heures (ou 12 x 151,67 heures) + nombre d’heures complémentaires ou supplémentaires].

    Le temps de travail pris en compte est le temps de travail effectif
    , c’est-à-dire toute la période pendant laquelle le salarié est à la disposition de l’employeur, dans l’obligation de se conformer à ses directives sans pouvoir se consacrer librement à ses occupations personnelles. S’ils répondent à ces critères, les temps de restauration et de pause sont considérés comme tel (BOI-TPS-TS-35 n° 60).

    Lorsque la durée du travail a une base conventionnelle
    supérieure à la durée légale, les heures dépassant cette durée sont considérées comme des heures supplémentaires pour le calcul du plafond de 2,5 Smic (BOI précité n° 90).

    A noter :
    S’agissant des salariés employés à temps partiel ou une partie de l’année
    , et pour certains cas particuliers de détermination du plafond d’éligibilité, l’administration renvoie aux précisions apportées en matière de Cice exposées IS-IX-17700 s.

    4.
    La valeur annuelle du Smic
    est égale à 1 820 fois le Smic horaire en vigueur au 1er janvier de l’année considérée ou à la somme de 12 fois le Smic mensuel (calculé sur la base de 52/12e et de 35 fois la valeur horaire du Smic). À titre de tolérance, lorsque l’employeur rémunère mensuellement ses salariés sur la base de 151,67 heures (et non exactement sur 35 x 52/12e), le Smic annuel pris en compte pour le calcul du plafond peut être établi sur la base de 12 fois cette valeur. En cas de revalorisation
    du Smic en cours d’année, le plafond des 2,5 Smic est apprécié pour les deux périodes (BOI précité n° 70).

    Exemple :
    Dans l’hypothèse où la valeur du Smic horaire de l’année N passerait de 9,76 € à 9,80 € à compter du 1er juillet, sa valeur annuelle devra être calculée comme suit : 9,76 € x 6 mois x 151,67 heures + 9,80 € x 6 mois x 151,67 heures.

    5.
    Les heures complémentaires et supplémentaires
    à retenir pour le calcul du plafond du crédit d’impôt sont les mêmes que celles prises en compte pour la majoration du Smic pour le calcul de la réduction générale des cotisations patronales. Comme indiqué au n° 3, les majorations
    auxquelles elles donnent lieu ne sont pas prises en compte pour le calcul du plafond de 2,5 Smic.
    Elles sont en revanche incluses dans l’assiette du Cits
    : la rémunération versée aux salariés au titre des heures supplémentaires (ou complémentaires) est prise en compte, indépendamment du fait qu’elles soient rémunérées autant ou plus qu’une heure normale (BOI précité n° 80).

    Le crédit d’impôt de taxe sur les salaires ne se cumule pas avec le Cice

    6.
    Pour être prises en compte dans l’assiette du Cits, les rémunérations versées aux salariés ne doivent pas avoir été prises en compte dans l’assiette du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CGI art. 244 quater C : IS-IX-17450 s.). Le Cits et le Cice ne se cumulent donc pas pour une même rémunération
    . Lorsque l’ensemble des rémunérations des salariés d’un employeur éligible au Cits sont prises en compte dans l’assiette du Cice, l’assiette de son Cits est nulle (BOI précité n° 100).

    A noter :
    Nous rappelons que les rémunérations éligibles au Cits doivent également être comprises dans l’assiette de la taxe sur les salaires (n° 3) et régulièrement déclarées auprès des organismes de sécurité sociale (CGI art. 231 A, I-al. 2). En cas de redressement pour travail dissimulé
    , l’assiette du crédit d’impôt ne pourra donc pas être majorée des rémunérations qui n’ont pas été régulièrement déclarées auprès des organismes collecteurs de cotisations sociales (BOI précité n° 190).

    7.
    Les employeurs éligibles au Cits qui bénéficient du Cice
    au titre des rémunérations qu’ils versent à leurs salariés (par exemple, les associations exerçant à la fois des activités lucratives et non lucratives) ne doivent calculer l’assiette du Cits que sur la partie de la rémunération qui n’a pas été prise en compte pour le calcul du Cice. En cas de sectorisation
    de leurs activités lucratives, seules sont retenues dans l’assiette du Cits les rémunérations versées aux salariés affectés aux activités exonérées d’impôt sur les bénéfices. Les employeurs concernés doivent donc ventiler
    leurs charges de personnel
    entre activités soumises et non soumises aux impôts commerciaux. Si elles ne peuvent être affectées en totalité à l’un ou l’autre des deux secteurs, elles doivent être réparties au prorata du temps d’utilisation (BOI précité n° 100).

    La déclaration et l’imputation du Cits sont effectuées annuellement

    8.
    Les organismes bénéficiaires doivent déclarer leur montant de Cits sur la déclaration annuelle
    de liquidation et de régularisation de la taxe sur les salaires modèle 2502-SD (souscrite en janvier N + 1), y compris lorsque, après imputation du crédit d’impôt, ils ne sont pas redevables du versement d’un montant de taxe (BOI précité n° 140).
    L’imputation
    du Cits se fait au moment du paiement du solde de la taxe sur la déclaration n° 2502-SD précitée (BOI précité n° 150).

    A noter :
    Les organismes bénéficiaires du Cits ne sont donc pas dispensés de souscrire
    leur déclaration de liquidation et de régularisation
    lorsque son montant excède celui de taxe sur les salaires. Par ailleurs, dès lors que l’imputation du Cits ne peut être effectuée qu’annuellement (en N + 1), les organismes bénéficiaires ne peuvent pas imputer sur leurs acomptes
    mensuels ou trimestriels de taxe sur les salaires dus au cours de l’année de versement des rémunérations éligibles (année N) le montant de Cits calculé mensuellement ou trimestriellement au titre de cette même période (l’excédent de Cits peut en revanche être imputé sur les acomptes de la période suivante : n° 9).

    L’excédent de Cits peut être imputé sur les acomptes de taxe

    9.
    L’excédent de crédit d’impôt non imputé constitue une créance d’égal montant imputable sur le solde
    de la taxe sur les salaires dû au titre des trois années suivantes
    . Les créances de Cits qui n’ont pas pu être imputées en totalité sur le solde de l’impôt peuvent également s’imputer sur les acomptes
    de taxe sur les salaires dus au titre de l’exercice suivant sur le relevé d’acompte provisionnel modèle 2501-SD. Dans ce dernier cas, le solde de la créance de Cits reportable doit être indiqué sur la déclaration n° 2502-SD dans son intégralité y compris la fraction du Cits imputée sur les acomptes provisionnels (BOI précité n° 150).

    Exemple :
    Une association est redevable après application du barème d’un montant de taxe sur les salaires de 30 000 € au titre des rémunérations versées en N. Le montant de son Cits calculé au titre des rémunérations versées la même année s’élève à 3 896 €. Par ailleurs, elle a intégralement imputé sur ses acomptes provisionnels de l’année N un solde de Cits reportable de 1 000 € dont elle bénéficiait au titre de l’année N – 1 et a finalement versé 2 500 € d’acomptes.

    Lors de la liquidation et de la régularisation, en janvier N + 1, de la taxe due au titre des rémunérations versées en N, l’association procédera à la liquidation de la taxe sur les salaires comme suit : 30 000 – 20 304 (abattement de l’année N) – 3 896 – 1 000 – 2 500, soit un solde de taxe restant à payer au titre des rémunérations versées en N de 2 300 €.

    10.
    La fraction de la créance de Cits non utilisée à l’issue de la période d’imputation de trois ans est restituable. Les organismes doivent en demander le remboursement
    sur la déclaration n° 2502-SD. Le crédit d’impôt ne peut pas être utilisé pour acquitter un rappel de taxe
    sur les salaires qui se rapporterait à des exercices clos avant le 31 décembre de l’année au titre de laquelle il est obtenu.

    A l’issue du premier exercice d’imputation, le solde de la créance peut être cédé à un établissement financier
    dans les conditions de droit commun (BOI précité n° 160).

    A notre avis :
    La cession ou
    le nantissement
    de la créance peut intervenir avant l’expiration de l’exercice d’imputation. En effet, en application du troisième alinéa du III de l’article 231 A du CGI, une créance future de Cits, c’est-à-dire calculée l’année même du versement des rémunérations sur lesquelles est assis le crédit d’impôt et avant la liquidation de la taxe en N+1, peut faire l’objet d’une cession ou d’un nantissement unique auprès d’un établissement de crédit pour son montant brut évalué avant imputation sur la taxe due, sous réserve que l’administration en ait été préalablement informée. La rédaction de l’article 231 A, III-al. 3 précité reprenant celle de l’article 199 ter C, I-al. 3 du même Code en matière de Cice, les commentaires relatifs à la créance « en germe » de Cice donnés par l’administration (IS-IX-18600 s.) peuvent donc, selon nous, être transposés en matière de Cits.
    On rappelle également qu’en cas de fusion
    ou d’opération assimilée, la fraction de la créance qui n’a pas encore été imputée est transférée à la personne bénéficiaire de l’apport (CGI art. 231 A, III-al. 4). Cette précision n’est pas reprise dans les commentaires de l’administration.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Un bail de courte durée peut être conclu avec un sous-locataire

    Les parties peuvent conclure un bail dérogeant au statut des baux commerciaux lorsque le locataire était déjà dans les locaux en vertu d’une sous-location.

    Les parties peuvent, lors de l’entrée dans les lieux du locataire, déroger aux dispositions du statut des baux commerciaux
    à la condition que la durée totale du bail ou des baux successifs ne soit pas supérieure à deux ans (trois ans depuis la loi Pinel du 18-6-2014 ; C. com. art. L 145-5, al. 1).

    Une société, sous-locataire de locaux commerciaux, demeure dans les lieux un mois après la résiliation du bail principal puis, pour ces mêmes locaux, conclut une convention d’occupation précaire avec le bailleur. La convention est conclue pour une durée d’un an renouvelable une fois.

    Poursuivie en expulsion par le bailleur après la survenance du terme, la société libère les lieux mais soutient avoir été titulaire d’un bail commercial et avoir été abusivement expulsée. Elle demande, en conséquence, réparation de son préjudice.

    Cette demande est rejetée. Le bail dérogatoire a été conclu lors de l’entrée dans les lieux
    de la société. En effet, l’occupation en qualité de sous-locataire n’a conféré aucun droit à la société au regard du statut des baux commerciaux. En outre, en l’absence de preuve d’un bail verbal, la société était occupante sans droit ni titre avant la prise d’effet du bail dérogatoire et le bailleur avait perçu à ce titre une indemnité d’occupation.

    à noter :
    Pour échapper au statut des baux commerciaux, le bail dérogatoire doit être conclu « lors de l’entrée dans les lieux » (Cass. 3e civ. 12-4-1995 n° 92-22.046 P). En effet, si le locataire est déjà dans les lieux, en vertu d’un précédent bail dérogatoire, la conclusion d’un second bail entraîne nécessairement la soumission au statut.
    L’entrée dans les lieux vise la prise de possession des locaux en exécution du bail
    que le locataire a conclu avec le bailleur, peu important qu’il les occupait déjà antérieurement sans titre, en vertu d’une occupation de pur fait (Cass. 3e civ. 5-1-1983 n° 81-14.178 : Bull. civ. n° 4), ou en tant que sous-locataire (Cass. 3e civ. 15-4-1992 n° 90-18.093 P : Bull. civ. III n° 129 ; Cass. 3e civ. 29-6-1994 n° 92-18.042 D).

    © Copyright Editions Francis Lefebvre

  • Indépendants non agricoles : abaissement des seuils relatifs à la dématéralisation de la DSI

    Un décret abaisse à partir de 2018 les seuils de revenu au-delà duquel la déclaration des revenus d’activité et le paiement des cotisations sociales des travailleurs indépendants non agricoles doivent être réalisés par voie dématérialisée.

    Le seuil de revenu (ou de chiffre d’affaires pour les micro-entrepreneurs) au-delà duquel les travailleurs indépendants doivent obligatoirement déclarer en ligne leurs revenus d’activité et payer par voie dématérialisée leurs cotisations et contributions sociales sera abaissé à compter du 01.01.2018.

    Pour les travailleurs indépendants de droit commun, il sera fixé à 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale, contre 20 % actuellement. Compte tenu de l’évolution possible du plafond pour l’année 2018, le seuil devrait être légèrement supérieur à 4 000 €, contre 7 846 € en 2017.

    Le seuil applicable aux micro-entrepreneurs sera égal à 25 % des seuils du micro-fiscal, contre 50 % actuellement, soit, compte tenu de leur montant actuel, 20 550 € pour les déclarants soumis au régime micro-BIC et 8 050 € pour ceux soumis au régime micro-BNC.

    © Copyright Editions Francis Lefebvre