Difficultés de trésorerie : causes et solutions

Dans toute activité existent des décalages entre les rentrées et les sorties d’argent : l’essentiel est d’anticiper pour éviter les difficultés de trésorerie.

Comment nait un besoin de trésorerie ?

Une entreprise peut rencontrer des difficultés de trésorerie lorsque les crédits et les avoirs dont elle peut disposer sont insuffisants pour payer à la date prévue ses fournisseurs, salariés ou autres créanciers (impôts, organismes sociaux).
Les raisons de ces décalages entre « ressources » et « emplois » (pour prendre les termes comptables) peuvent être de différentes natures :

  • une augmentation des stocks,
  • la croissance rapide du chiffre d’affaires avec une marge insuffisante,
  • des impayés de clients,
  • des retards de paiements qui se cumulent,
  • un pic de charges important,
  • une activité déficitaire …

Hormis des « incidents » comme les impayés, toutes ces causes sont prévisibles : il faut donc les anticiper pour que le besoin ne devienne pas difficulté de trésorerie.

Difficultés de trésorerie : comment les prévenir ?

La première mesure consiste à anticiper ses besoins en trésorerie en établissant un plan de trésorerie, récapitulant, jour par jour, tous les encaissements et décaissements à venir, en prenant en compte les décalages.
Ce prévisionnel sous forme de tableau fait partie des comptes à établir dès la création d’une activité.
Il peut porter sur une année, voire au-delà, mais a besoin d’être actualisé régulièrement, a minima mensuellement.

L’exercice est plus difficile pour entreprise qui se crée. Il est recommandé d’établir plusieurs scénarios : un optimiste, un pessimiste et un normal. Il vaut mieux anticiper les solutions à mettre en place en prenant pour base la version pessimiste.

Difficultés de trésorerie : comment les éviter ?

A chaque type de dépense correspond un type de financement. Un créateur d’entreprise qui a besoin d’acheter une machine ou du matériel informatique dont la durée de vie est estimée entre 3 et 5 par exemple, aura intérêt à le financer par un crédit d’une durée équivalente.?Par contre, s’il a besoin de d’éditer un tarif de sa gamme de produits, valable un an, il faudra trouver des ressources à court terme (crédit fournisseur par exemple)?
Dans la pratique les entrepreneurs cherchent plutôt à limiter leur endettement, exposant dans le même temps leur activité à une difficulté de trésorerie lorsqu’une situation de décalage entre rentrée et sortie d’argent se produit.

Il est donc primordial de suivre régulièrement le Besoin en fonds de roulement (BFR), indicateur de votre équilibre financier.

Lorsqu’une entreprise achète, fabrique, vend… cela génère des frais et des stocks qu’elle doit financer avant d’être payée par ses clients. Le BFR correspond à la somme d’argent qui est nécessaire pour couvrir la différence entre encaissements « clients » et les décaissements « fournisseurs » et « stocks ».?

Quelles sont les solutions aux besoins de trésorerie ?

Les solutions aux besoins de trésorerie se trouvent en général avec votre banquier, que vous pouvez solliciter de différentes manières :

  • mise en place de « facilités de caisses », pour couvrir les décalages ponctuels entre les dépenses et les recettes, comme par exemple au moment du paiement des salaires, de l’Urssaf, de la TVA ;
  • lorsque des décalages sont amenés à se répéter, il vaut mieux solliciter un « découvert autorisé », destiné à compléter le fonds de roulement de l’entreprise lorsqu’il est insuffisant ;
  • l’entreprise peut aussi céder ses « créances client » à la banque qui lui fait une avance d’argent dans l’attente du règlement client (système connu sous le nom de « loi Dailly »).

Parmi les solutions aux besoins de trésorerie vous avez aussi des sociétés spécialisées dans l’affacturage qui « achètent » vos créances clients, vous avancent les fonds et se chargent de la gestion des relances clients jusqu’au recouvrement.

Pour prévenir d’éventuels impayés clients, vous pouvez aussi recourir à l’assurance-crédit pour garantir votre compte client

 

A lire également :