Les prix agricoles à la production diminuent en août

En août, les prix de production des produits agricoles baissent de 1,6 % par rapport à juillet ; sur un an ils décroissent de 4,4 %, constate l’INSEE (Informations Rapides n° 227 – 30 septembre 2014).

En raison de l’abondance des réserves mondiales, le prix des céréales
continue de diminuer en août (- 3,6 % sur un mois, – 7,1 % sur le trimestre). Les fortes récoltes cet été de blé et de maïs, en Europe et aux États-Unis, alimentent des stocks déjà élevés.

En raison d’une production également soutenue à l’échelle mondiale, le prix des oléagineux
continue aussi de baisser en août (- 13,3 % sur le trimestre).

Le prix de l’ensemble des vins
baisse en août (- 1,5% sur un mois). Cependant, il augmente de 11,3 % sur un an (+ 16,8 % pour les vins d’appellation), en raison de la faiblesse des récoltes depuis deux ans.

Le prix de la pomme de terre
chute de moitié par rapport à l’année dernière. Il s’agit d’un retour à la normale : la récolte de 2012 avait été très faible en Europe du Nord-Ouest, d’où une forte hausse des prix en 2013.

Le prix des fruits frais
baisse fortement (– 22,1 % sur un an). Les abricots et les pêches abondent cette année, tandis que la consommation est modérée, en lien avec le temps maussade cet été. La poire d’été s’écoule difficilement : l’offre est trop précoce cette année pour rencontrer pleinement la demande, tandis que l’embargo russe limite ses débouchés (la Russie était un des premiers débouchés à l’export pour la poire d’été française).

Le prix des légumes
augmente en revanche (+ 3,1 % sur un an). Le prix du melon augmente fortement sous l’effet de rendements amoindris par une météo maussade. Le temps peu ensoleillé n’a semble-t-il pas freiné sa consommation. Il a pénalisé en revanche la demande d’autres légumes d’été consommés frais, comme la tomate ou le concombre, et encouragé le report vers la courgette, légume d’été consommé cuit.

En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux
poursuit sa baisse en août (- 1,6 % sur un mois, – 4,4 % sur un trimestre). Le prix du porc décroît sensiblement en août (- 4,6 %) : l’offre subit la concurrence nord-européenne tandis que l’embargo russe en limite les débouchés. En outre la consommation de viande de bœuf est peu dynamique ; cela se traduit par une baisse sensible du prix des bovins (- 0,6% sur le mois, – 6,3 % sur un an).

Enfin, en août, le prix des consommations intermédiaires
baisse de 0,5 %. Notamment les prix des aliments pour animaux diminuent de 1,4 % (– 6,6 % sur un an). En revanche, le prix des biens d’investissement augmente légèrement (+ 0,2 %).