Une société peut rétracter son offre d’embauche si le bénéficiaire n’a pas répondu dans les délais

Le salarié d’une entreprise de travail temporaire, mis à disposition d’une entreprise utilisatrice, avait reçu une offre d’embauche de cette dernière précisant le poste envisagé, la date d’entrée en fonction et le salaire proposé. Cette offre avait l’apparence d’une promesse d’embauche. Mais, en même temps, elle imposait au candidat de donner sa réponse dans un délai déterminé. Ce qu’il n’a pas fait. En conséquence, il ne pouvait pas se prévaloir d’une promesse d’embauche valant contrat de travail et prétendre à des dommages-intérêts pour rupture abusive du contrat lorsque l’employeur a finalement retiré son offre.